« Plumez la poule mais prenez garde qu’elle ne crie pas ». On se rappelle de ces mots prononcés par notre cher empereur et visionnaire Jacques 1er. Cela fait maintenant plus de deux siècles que la poule de l’économie nationale démaigrit et elle n’a même pas une plume pour se protéger du froid de l’hiver.




Tout le monde sait combien ses plumes sont utiles pour plus d’une chose comme pour enlever les cérumens pour mieux entendre les cris du peuple, pour écrire et voter des lois pour l’équilibre étatique, pour décorer le paysage du pays etc. Faute de résultats concrets, tout le monde nie l’avoir déplumée alors que cette dernière est totalement chauve et bizarrement elle n’a jamais crié. Aurait-on affaire à des arracheurs de plumes professionnelles ?




Comme par enchantement, l’ancien directeur général de l’Office National d’Assurance-Vieillesse (ONA), Sandro Joseph, a piqué la poule aux côtes. L’animal en a profité pour crier ses frustrations, les violences qu’elle a dû subir au fil des ans. La pauvre a jacassé à gorge déployée et les noms ayant sorti de son grand bec ne sont pas les moindres ; ce sont pour la plupart ceux de hauts dignitaires de la fonction publique. Finalement on connait où sont passées les plumes de la poule aux œufs d’or que les contribuables nourrissent avec leur misérable pitance qui est déjà en dessous de la moyenne pour la plupart.

Lire la SUITE

Réagir à cet article

comments