Home » Culture » A Carrefour Feuilles, la Famille Saint-Eloi s’engage contre la délinquance

A Carrefour Feuilles, la Famille Saint-Eloi s’engage contre la délinquance

Cette famille utilise l’art pour extirper les jeunes des recoins sombres de la rue. Notre photographe, Vladjimir Legagneur les a rencontrés.





La délinquance s’infiltre dans les quartiers populeux, conquiert les jeunes livrés à eux-mêmes, terrasse les moins jeunes et engloutit les destins dans un tourbillon de violence, de criminalité et de pleurs. Si ses causes sont multiples, l’on s’accorde à dire que l’oisiveté, le chômage et le sentiment d’abandon l’alimentent et la renforcent.

Carrefour Feuilles fait partie de ces quartiers où l’on glisse facilement du stade de jeune à celui d’indésirable de la société. Quand l’État tarde à s’affirmer, depuis 1969, la famille Saint-Eloi refuse le défaitisme ambiant. Par la sculpture, la peinture et la musique, elle se propose de repeindre l’horizon et de tailler dans les préjugés des formes qui disent oui à l’avenir à l’espoir et à la beauté.

La famille Saint-Eloi ayant à sa tête Lionel Saint-Eloi est une famille d’artistes explique Duckens Saint Eloi. « Venita Dieucir Saint Eloi, ma maman, dit-il, est peintre. Ses enfants, Chilere Saint Eloi l’ainé est peintre et sculpteur, moi Duckens, je suis batteur, chanteur, arrangeur, compositeur au sein du groupe Yizrael et Atomi Adler Saint Eloi aussi s’adonne à la peinture ».




« Mon papa fait du bénévolat depuis 1969 », continue Duckens Saint Eloi. Il collectionnait les « armes créoles » pour en faire des sculptures et le jeune qu’il aide à devenir artiste s’en va vivre sa vie avec le métier ». Après le séisme, continue Duckens, « la famille a continué dans la même logique ». « On a commencé à enseigner les jeunes au niveau de la musique, de la peinture, de la sculpture, du slam et de la cosmétologie. L’initiative est depuis devenue une école bourrée de gens qui apprennent gratuitement. Ils sont environ 15 à y participer par année et en 2016, ce chiffre est passé à 66 ».

« L’objectif est de faire de Carrefour Feuilles une zone artistique et touristique martèle Duckens Saint Eloi ». « Ma plus grande satisfaction est de partager mon savoir. Et je m’engage pour combattre la délinquance dans cette société. La construction de ce pays passe par les enfants et les jeunes qui sont les plus fragiles. Dans un système qui promeut le “chawa pete”, nous voulons offrir une autre alternative ».

La suite sur LoopHaiti.com

Réagir à cet article

comments

About ladepeche