Une grande marche pacifique a été organisée le mardi et mercredi 18 et 19 octobre 2016 non loin de la ville de Léogâne. Une initiative prise par la coordination du Collectif des Candidats Locaux de Léogâne ayant pour coordonnateur Régional, Alliance Jacob, un activiste politique et candidat pour le poste de Casec dans cette région.




l’objectif de cette démarche était de faire entendre les revendications de la population devant les autorités locales de Léogâne ainsi que le pouvoir en place, afin d’engager des travaux dans un bref délai à la rivière “MOMANS” Grande rivière, ainsi qu’au ‘’Pont Brach’’, de manière à ce que les habitants dans certaines localités de cette ville ne perdent plus leurs jardins et maisons qui sont le plus souvent emportés par les eaux sauvages de cette rivière à chaque fois que cette dernière est en crue.

kkl-3La seconde revendication était d’enclencher des travaux sur la passerelle dénommée BRACH (Pont Brach) qui pourrait s’effondrer à n’importe quel moment. Une démarche de grande envergure qui a entravé la circulation sur la route nationale durant plus de 4h, très tôt dans la matinée, où les habitants de Birè, Lassale, Nepli, Mattieu, B Macon ont exprimé leur insatisfaction face à l’état central, qui refuse nettement de leur venir en aide.

La marche pacifique a débuté très tôt le mardi 18 octobre, mais devait prendre fin à 3h dans l’après-midi, une activité qui a dû prendre une autre tournure face à la mauvaise pratique utilisée par les policiers qui auraient reçu l’ordre d’agir contre leur volonté de la part des autorités concernés dans la localité. Ainsi, sans la moindre explication possible, au moment des revendications tout près du pont Brach, les policiers ont procédé à des tirs avec des armes semi-automatiques dans l’intention d’intimider la population. N’ayant pas escompté de résultats, cela a tout de suite prit de l’ampleur où il y a eu des heurts entre des policiers et manifestants qui a déclenché une avalanche de conflit entre manifestants et policiers qui a pris fin sans solution conçue.




Encore le mercredi 19 octobre 2016, pour se venger des abus de la police de Léogâne, pendant une rencontre entre les responsables du Collectif des Candidats Locaux et la population, la tension a eu raison sur la rencontre, après des discutions orageuse, les citoyens avaient décidé de fouler le bitume une deuxième fois pour dénoncer la mauvaise kkl-1pratique des policiers qui ont mal réagi le jour précédent. Bilan de la sortie ; Spelda Jean louis, Henley Velt , Algenor Saint Fleur, Claude et une cinquième victime dont on n’ignore toujours le nom ont tous reçu des projectiles venus d’arme à feu de la police et plus d’une dizaine de manifestants légèrement blessés.

Le Coordonnateur du Collectif des Candidats Locaux de cette région se dit déterminer avec la population pour continuer cette lutte si toutefois les autorités ne répondent pas à l’appel lancé par les manifestants. D’autre part, le Coordonnateur National du Collectif des Candidats Locaux Fenley Cius qui était aux côtés de son coordonnateur, Alliance Jacob pour la ville de Léogâne durant les événements reste convaincu que ces actions constituent une campagne pour déstabiliser cette structure qui a toujours prôné le développement local au niveau des milieux ruraux et des villes à travers tout le pays.

A rappeler que Le Collectif des Candidats Locaux est une structure Nationale regroupant des Candidats locaux à tous les niveaux (Casec, Asec et Délégué de ville) dans plusieurs départements dans le pays formée de jeunes activistes, devenus des candidats qui s’engagent et se donnent pour mission de faire des plaidoiries sur le développement local et aussi faire comprendre la nécessité de réaliser des élections locales en Haïti pour un développement minimaliste.

Source : Regroupement des Journalistes Reporters Locaux/ RJRL

Réagir à cet article

comments