Tenue, ce lundi, à la Direction générale de la Police nationale d’Haïti, d’une rencontre entre le ministère de la Justice et de la Sécurité publique, le Parquet de Port-au-Prince, l’Office de la Protection du Citoyen et le Réseau national de Défense des Droits humains autour du climat d’insécurité qui s’installe dans la capitale.




Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique a, en cette occasion, renouvelé sa détermination à combattre toute forme d’acte de criminalité visant à contrarier les fêtes de fin d’année.

Par ailleurs, Camille Junior Édouard a dénoncé l’intervention irrégulière de certaines autorités locales dans la remise en liberté de certains bandits appréhendés par la PNH.

Pour ce qui est de la préoccupation des résidents de la région métropolitaine de Port-au-Prince face à la remontée grandissante des actes de banditisme, le Directeur Général de la Police nationale rassure.




Michel-Ange Gédéon promet un plan de sécurité opérationnelle pour la période des fêtes de fin d’années en vue de contenir tous les contrevenants à l’ordre public.

La directrice de l’Office de Protection du Citoyen qui participait à la rencontre, estime  indispensable que toutes les institutions se mettent ensemble en vue de faire face à la recrudescence des actes d’insécurité. Florence Élie plaide pour la mise en place d’un task-force devant travailler au renversement de la situation.

Dans la même veine, le Réseau national de Défense des Droits humains plaide pour le renforcement du service de renseignement de la PNH. La responsable de programme du RNDDH, Marie Yolène Gilles, fait référence à un système d’information moderne et efficace capable de remonter les filières des bandits qui terrorisent la population.

Réagir à cet article

comments