La “ville intelligente” est et sera certainement un des plus importants défis des prochaines décennies. On estime que d’ici 2050, plus de 6 milliards de personnes habiteront dans des milieux urbains, soit près de 75 % de la population de la Terre.




La concentration massive d’individus dans les villes crée de nombreuses opportunités, mais amène aussi son lot de difficultés en termes de gestion urbaine : pollution, pauvreté, sécurité, coût de la vie, mobilité, etc.

Bien que la ville intelligente soit une tendance chez certains et une nécessité chez d’autres dans notre pays, il est évident qu’avec l’explosion démographique de nos villes, surtout Port-au-Prince, nous devons repenser notre mode de vie quant à l’utilisation de nos ressources, notre consommation et nos déplacements.




La vision de la « ville connectée » prévoit que l’ensemble de l’espace urbain sera interconnecté et interagira avec le monde numérique. Ceci ouvre en particulier la voie au développement durable de nos environnements urbains, combiné à une amélioration de la qualité de vie et de la sécurité des citoyens dans le respect de leur vie privée. C’est également l’opportunité de revoir les processus de régulation et de gestion des villes par un engagement accru du citoyen au moyen des réseaux sociaux et des capteurs, physiques ou logiciels, embarqués dans les téléphones intelligents.

La transition vers la ville intelligente en Haïti consiste en l’optimisation de technologies de l’information pour obtenir une meilleure compréhension des comportements des gens et de nos infrastructures pour ensuite favoriser des décisions éclairées qui répondent aux besoins des citoyens, des institutions et des entreprises dans une esprit de collectivité et de développement durable.

Sindy OBED

Sindy Obed – Educateur orienté en Sciences Sociales, Blogueur et Éditeur | E-mail : sindyobed3@gmail.com

Réagir à cet article

comments