Home » National » La Police haïtienne veut combattre les crimes perpétrés à moto
Michel-Ange Gédéon, le DG de la PNH

La Police haïtienne veut combattre les crimes perpétrés à moto

Le Directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH) accompagné du maire assesseur de Pétion-ville, du commissaire de police de cette commune, du coordonnateur des directions départementales de la PNH et d’un représentant de la Plateforme des associations de moto taxi d’Haïti (PLAMOTAH), respectivement Michel-Ange Gédéon, Alexandra Roumain, Jean Elder Collinaire, Carl Henry Boucher et Dieuner Jean Charles, a présenté un projet visant à identifier les conducteurs de moto taxi à Pétion-ville, a appris Vant bèf info (VBI).

Ce projet dénommé « Système de contrôle et de gestion des motocyclettes » est lancé, aujourd’hui 21 décembre 2016, dans la commune de Pétion-ville avant d’être effectif au sein d’autres communes de la zone métropolitaine dont Carrefour, Tabarre, Delmas, Port-au-Prince et Croix-des-bouquets, a indiqué Michel-Ange Gédéon.




Le numéro un de la PNH s’est persuadé que « la motocyclette en soi n’est pas un problème, mais elle est l’instrument utilisé en vue de perpétrer de nombreux crimes dans le pays ».

L’un des maires assesseurs de la commune de Pétion-ville, Alexandra Roumain s’est montrée satisfaite du lancement de ce projet dans sa commune. Elle en a profité pour solliciter la « collaboration de tous les motards » afin de favoriser la réussite de ce projet pilote.

Pour sa part, le commissaire de Pétion-ville, Jean Elder Collinaire a présenté les différentes étapes réalisées avant d’aboutir au lancement de ce dernier.

D’entre ces étapes, le recensement des taxis motos opérant dans les différentes communes de la zone métropolitaine ; le dénombrement des stations de taxi moto existant à Pétion-ville ainsi que le nombre de motards présents dans ces stations ; etc.

« Au moins 4.755 taxis motos enregistrés dans la zone métropolitaine au cours de la première phase du projet », a estimé le coordonnateur des directions départementales, Carl Henry Boucher qui a précisé que des gilets identiques seront attribués aux conducteurs de taxi moto dans chaque commune.

Le représentant de la PLAMOTAH, Dieuner Jean Charles a souligné quelques points positifs constatés dans la question de taxi moto à Port-au-Prince notamment la détention d’un permis de conduire par la majorité des conducteurs qui détiennent également une assurance et la plaque d’immatriculation.




Aussi, a-t-il précisé qu’à date seulement un total de 755 conducteurs de taxi moto sont enregistrés au niveau de ce projet. Il en a profité pour annoncer qu’à partir du mois de février, des sanctions seront prises à l’encontre des contrevenants à ces mesures.

Au terme du lancement de ce projet, ce matin, plusieurs conducteurs de taxi moto ont été enregistrés… Ils ont bénéficié d’un gilet (rouge) contenant un numéro, d’une étiquette avec ce même numéro qu’ils vont apposer sur leur casque ainsi qu’une carte servant à prouver leur affiliation à la plateforme, entre autres.

La PNH et la plupart des Mairies de la zone métropolitaine sont à leur énième mesure en ce qui a trait à la régularisation des taxis motos circulant à Port-au-Prince et ses environs. Ce projet pilote parviendra-t-il à donner les résultats escomptés ?

Source : Vant Bef Info

Réagir à cet article

comments

About ladepeche