Home » Edito » Une plume patriotique qui ne chôme pas !

Une plume patriotique qui ne chôme pas !

“Je voudrais faire une trêve de plume, mais la situation critique de mon pays me préoccupe tellement que je me vois incapable de rester sans m’y prononcer”. Mon pays vit à l’heure actuelle des complications qui me tiennent vraiment en alerte et je me sens blessé au plus profond de moi! Vu l’état de la conjoncture, j’ai l’impression d’être assis sur un volcan qui semble prêt à jeter ses laves !




Comme je le fais toujours, je prends une fois de plus, aujourd’hui l’initiative de me prononcer sur différents sujets qui font la une en vue d’apporter un peu de lumière sur des multiples difficultés par lesquels nous nous sommes confrontés aujourd’hui.

On dirait que notre chère Haïti est devenue un paysage politique en bouillonnement, quand des hommes d’État et des parlementaires veulent provoquer un scénario de blocage pour chasser un président élu avant qu’il ait même prêté serment, alors qu’on vient juste de dépenser près de $150 million de dollars à la réalisation de deux élections! On dirait qu’elle est devenue un état en ebullition, quand on envisage des poursuites contre des hommes paisibles alors que les véritables fossoyeurs du pays sont en liberté, on dirait qu’Haiti est devenue un état en débandade quand le peuple veut prendre ses responsabilités de citoyen alors qu’un secteur ne cesse de parler de coup d’État électoral, on dirait qu’Haïti est devenue un coin inaudible quand les conditions de vie de la population sont très difficiles et que personne ne soit prêt à entendre la voix du peuple!

On dirait qu’Haïti est devenue un pays oû la démagogie est reine quand on assiste avec effervescence à une guerre entre le BNC et l’UCREF sur un dossier de fraude financière concernant le président élu de la nation. Cet acte malhonnête dont on l’accuse de manière injuste ne fait que remettre en question son éminence et mettre également sa réputation en jeu. Face à de telle accusation, personne n’ose vraiment faire de la lumière, quand un ministre de justice décline trois convocations du Sénat de la république pour donner des explications relatives à l’arrestation et au transfert d’un sénateur élu vers les États-Unis, et que le président provisoire qui était lui-même un parlementaire, nous fait savoir qu’il le supporte dans cette démarche de désobéissance, quand on sait même s’il restait que quelques heures au pouvoir provisoire a la tete du pays, il serait nécessaire voire indispensable de répondre à l’invitation des pères conscrits!



On dirait encore qu’ Haïti est un pays sans lois quand un porte-parole de la présidence tente de banaliser la gravité d’un dossier aussi délicat, l’extradition d’un sénateur élu d’une république souveraine dont les lois vont à l’encontre de l’extradition! On dirait que notre chère patrie est condamnée à manger de la vache enragée en recevant constamment des coups en vache! On dirait qu’elle est devenue une vache à lait quand la plupart de nos dirigeants s’amusent à appauvrir, année après année nos ressources au moyen d’une politique d’enrichissement personnel. La situation de notre pays se complique davantage quand les citoyens ont perdu toute confiance en nos dirigeants, quand tout ce qui constitue le socle même de notre société tend à disparaitre! Haïti n’est-elle pas un pays qui a déjà relevé de nombreux défis depuis son histoire? Ne nous sommes pas tous bouleversés par de terribles catastrophes naturelles et politiques qui ont frappé Haïti et semé la mort, l’horreur et la dévastation de toutes sortes dans nos rangs?

Ces malheurs qui ont frappé notre pays de manière inattendue ne nous font-ils pas ressentir profondément la fragilité des choses et la précarité de tout ce qui nous semblait des droits acquis? Ne sommes-nous pas un grand peuple qui devrait être admiré par tous en raison de notre histoire, nos expériences, notre culture et nos valeurs culturelles et héroïques? Ne sommes-nous pas réellement un peuple qui a tracé la route de la liberté à bien des populations opprimées? N’y a-t-il pas la possibilité pour une Haïti meilleure et prospère à l’époque contemporaine? N’est-ce pas qu’en faisant une bonne utilisation de notre patrimoine culturel et de nos ressources humaines que nous arriveront à rassembler nos patriotes et nos compatriotes? Ne devons-nous pas nous transformer en un pays qui crée des richesses de manière équitable, en un pays à la croissance économique forte et durable, en un pays à la sécurité alimentaire renforcée? N’est-ce pas vraiment quelque chose qui permettrait à nos frères haïtiens de s’unir les uns aux autres? Ne croyez-vous que c’est ainsi que nous parviendrons certainement à bâtir un avenir meilleur pour nos compatriotes Haïtiens?

Le remembrement de notre chère Haïti, ne réside-t-il pas dans l’amour fraternel où les classes populaires puissent se joindre avec la classe de la bourgeoisie pour une Haïti plus forte et plus prospère et que notre richesse puisse être bien partagée? Je pourrais clientéliser ma plume et me transformer en un caseur-écrivain, faire de la propagande pour le compte du gouvernement, en écrivant des articles manipulés, téléguidés et mensongers; formater l’opinion publique dans l’unique but d’obtenir de l’argent, des postes dans la politique haïtienne ou des cadeaux et ne pas tenir compte de la malheureuse situation actuelle de mon peuple! Je pourrais même me transformer en un super analyste politique ou du moins en un grand parleur qui ne critiquerait que dans l’unique but de générer une grande popularité.

Mais, à quoi tout cela me servirait-il de devenir un homme très populaire quand mon peuple souffrait constamment? Je suis passionné de mon pays, de ma patrie! Je me bats constamment et je continuerai à me battre pour qu’elle prenne toute sa place aux rangs des pays libres et démocratiques du monde. C’est pour cela que je me donne plutôt une double mission: écrire avec objectivité et continuer à travailler dans le domaine humanitaire. Je me donne aussi pour devoir de piétiner toute médiocrité, tout esprit de division et rassembler les valeurs du pays pour faire d’Haïti un paradis, l’endroit le plus agréable, le plus respectueux et le plus respecté.

J’ouvrirai par ailleurs, à travers mes écrits, de nombreuses pistes de solutions à explorer pour avoir une autre Haïti qui s’abstient de tous les apatrides qui prétendent captiver ou emprisonner sa liberté, écraser son égalité, se moquer de sa fraternité et ternir sa souveraineté. Que vive Haiti! Hugues Sanon Documentaliste, Recherchiste, Editorialiste Poete, humaniste, Stratege Politique

Réagir à cet article

comments

About ladepeche