A l’occasion de la célébration de la Journée des Nations-Unis célébrée chaque année le 24 octobre, le Chef par intérim de la nouvelle mission onusienne revient sur la présence de la MINUJUSTH en Haïti. Cette nouvelle mission participe, selon Mamadou Diallo, de l’engagement des Nations-Unies de continuer d’appuyer Haïti dans ses efforts de développement.




Le président de l’Assemblée Nationale, Youri Latortue, de son côté, a insisté sur la nécessité pour que l’accord qui crée la MINUJUSTH soit approuvé par le parlement. L’exécutif l’a donc soumis à l’examen du parlement pour les suites nécessaires. Interrogé sur une telle démarche, le patron de la MINUJUSTH a clairement dit prendre acte de cette initiative qui relève, selon lui, de la souveraineté du pays. Cela n’impactera pas l’accord administratif qui a déjà été paraphé entre le gouvernement haïtien et les Nations–Unies, a poursuivi Mamadou Diallo.



Il faut ajouter que M. Diallo salue les efforts déployés par les autorités haïtiennes dans le renforcement de la stabilité et de la sécurité dans le pays. Plus loin, le numéro 1 de la mission onusienne dans le pays a exprimé son regret vis-à-vis du peuple haïtien par rapport aux souffrances causées par le Choléra et réitère l’engagement des Nations Unies à travailler à l’éradication de cette maladie dans le pays. Il promet également de poursuivre voire renforcer la politique de tolérance zéro vis-à-vis des cas d’abus et de violence sexuelle.

En fait, la MINUJUSTH est en train de se mettre en place. 65 % de l’ensemble de l’équipe est déjà sur le terrain, selon Mamadou Diallo qui a apporté des précisions autour de la composition de cette mission. Elle est  composée de 7 unités de Police constituée, soit un total de 980 policiers, 95 officiers de police.

Ils seront déployés un peu partout dans le pays en vue d’accompagner la PNH dans sa mission de protéger et servir. La mission contient également une instance civile de 351 membres dont des Haïtiens et des étrangers.

Réagir à cet article

comments