Home » Economie » Réalité des finances publiques haitiennes (2014-2015)

Réalité des finances publiques haitiennes (2014-2015)

Plusieurs évènements économiques et politiques ont eu des impacts considérables sur l’exécution du budget de l’Exercice financier 2014-2015 parmi les principaux :

– La chute brutale du prix des produits pétroliers sur le marché international occasionnant la baisse des ressources provenant de l’Accord PetroCaribe ;
– Le resserrement des conditions monétaires par la Banque Centrale (BRH) ;
– Des épisodes de tensions politiques ayant conduit au changement du Gouvernement ;
– L’Organisation d’élections à plusieurs niveaux d’exercice du pouvoir politique.

En vue de garantir la stabilité des finances Publiques, un budget rectificatif compatible à une politique de réduction du déficit budgétaire a dû être adopté. Un nouveau programme a été convenu avec le FMI sur des réformes et politiques, pour renforcer les finances publiques et créer les conditions pour favoriser la croissance économique et réduire la fragilité de la situation financière du pays rappelle le Ministère de l’Économie et des Finances.

Situation globale des finances publique, exercice 2014-2015 :
Les données préliminaires pour l’exercice confirment que la dynamique de consolidation budgétaire (réduction du déficit) est engagée mais au prix d’une réduction des dépenses d’investissement car les transferts à l’Électricité D’Haïti (EDH) (8.0 milliards de Gourdes incluant Trésor Public et le Fonds Pétrocaribe) demeurent en augmentation par rapport à l’exercice précédent.

Un contrôle des dépenses et une performance notable des recettes (47.1 milliards de gourdes en 2013-2014 à 56.8 milliards en 2014-2015) ont permis aux finances publiques de solder positivement en base engagement (2.1 milliards de Gourdes), contrairement à l’exercice précédent (-5.4 milliards). Par contre, en base caisse, on a accusé un déficit (-1.0 milliard de Gourdes) contre (-7.8 milliards) pour l’exercice antérieur. Le solde en base caisse serait affecté par les dépenses engagées au précédent exercice (4.2 milliards de Gourdes), des lettres de crédit et autres dépenses non budgétisées au profit de EDH (6.4 milliards de Gourdes).

Ce déficit caisse est couvert au niveau des résultats d’opérations financières qui incluent :

a) Un solde de financement externe net négatif, soit -626 millions de Gourdes contre +3.5 milliards au précédent exercice. En fait les dons (appuis budgétaires) ont chuté de 4.2 à 1.4 milliard de Gourdes, tandis que les amortissements sur la dette externe (ont été multipliés par 3).

b) Un financement interne net positif et en réduction de 62% passant de 4.2 milliards à 1.6 milliard de Gourdes incluant un financement BRH net de 8.1 milliards de Gourdes dont G. 4.4 milliards par diminution ou utilisation des dépôts de l’Etat en compte à la BRH.

Le recours à l’épargne des Banques a aussi diminué et les flux nets (-4.1 milliards de Gourdes) sont négatifs, intégrant des amortissements pour 15.1 milliards contre des émissions de titres de 11 milliards de Gourdes. Le financement BRH serait à moins de 6.3 milliards de Gourdes, soit en dessous du niveau convenu au programme arrêté avec le FMI (7.9 Millards) si l’appui budgétaire de l’Union Européenne de 1.8 milliard de Gourdes avait pu être finalisé avant le 30 septembre.

Réagir à cet article

comments

About ladepeche