La Première dame de la République, Ginette Michaud Privert, la  Protectrice du Citoyen, Florence Elie, le chef de la Minustah, Sandra Honoré ont visité mardi la prison civile de Pétion-Ville, à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, avons-nous constaté.

Mme. Privert croit qu’il faut toucher, en la matière, les plaies du doigt ; tout en avançant que les actions doivent être menées sans exclusion à cette fin.

A la prison civile de Pétion-Ville, 273 femmes sont  en détention préventive prolongée et 41 sont condamnées. Le directeur de l’Administration  pénitentiaire nationale, Jean Gardy Muscadin estime que les femmes détenues méritent aussi  le respect et  la considération.

Cette commémoration nous invite, dit-il, à réaffirmer notre engagement en faveur des luttes menées depuis plusieurs décennies pour la liberté et le respect des droits de la femme.

La Protectrice du Citoyen, quant à elle, dit renouveler l’engagement de l’OPC de continuer à supporter les prisonniers vulnérables. A cet effet, Florence Elie dit espérer que des efforts seront consentis par les autorités.

Par ailleurs, la représentante du secrétaire général de l’ONU admet que la femme joue un rôle extraordinaire dans la société, elle mérite d’être célébrée, a-t-elle avancé. Sandra Honoré a mis l’accent sur le thème onusien de la célébration de cette année : « Planète 50/50 d’ici 2030. Franchissant le pas pour l’égalité des sexes ».

Réagir à cet article

comments