Après l’élection au second dégré de Jocelerme Privert, les opposants au régime Tèt Kale ont exigé à cor et à cri la mise en place d’une commission d’enquête dont la mission serait de s’enquêter sur l’administration Martelly.




Si M. Privert voit la nécessité  de former une commission indépendante de vérification électorale ; se renseigner en profondeur sur le mandat du chanteur Sweet Micky ne sera pas chose légale. « Ma position a été claire : une commission d’enquête administrative ne peut être qu’un instrument de persécution politique », a lâché le chef de l’Etat mardi lors de sa visite au quotidien Le nouvelliste qui vient de célébrer ses 118 ans d’existence.




Le président a avancé que des organismes publics sont créés pour effectue une telle tâche, en citant à titre d’exemple l’ULCC et l’UCREF.

Réagir à cet article

comments