La situation des malades à l’Hôpital général de Port-au-Prince continue de s’aggraver à cause d’une grève qui a la vie dure. Les grévistes exigent un meilleur salaire et de meilleures conditions de travail. Le climat au plus grand centre hospitalier du pays devient de plus en plus précaire. Pas d’eau potable, presque toutes les salles d’hospitalisation sont vidées, a constaté Haitinews2000.




Un jeune patient se montre mécontent face à une situation pareille. Léonel René n’a pas mis l’eau à la bouche pour critiquer l’administration Privert / Jean-Charles qui, malgré la souffrance des malades, n’entendent pas répondre aux revendications des médecins résidents en vue de faire fonctionner à nouveau l’hôpital.

« Nous sommes livrés à nous même, nous n’avons eu presque pas la visite des médecins », se plaigne le prénommé Leonel. Toutefois il dit souhaiter qu’une entente soit trouvée entre les autorités sanitaires et les grévistes.




Si des organisations de défense des droits humains et d’autres instances sont déjà touché par ce problème, quant aux grévistes, ils comptent aller jusqu’au bout jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause. Intervenant sur la situation, le docteur John Evens Douyon, membre du comité Inter-Hôpital a fait le point sur le problème. Dr Douyon appelle les responsables haïtiens de la santé publique à assumer leur responsabilité envers les résidents, sinon la grève ne va pas connaitre rapidement une fin.

Donc, les revendications des grévistes ne changent pas, à savoir, entre autres l’accès à l’eau potable, cafétérias, un salaire qui peut répondre à leurs besoins. « Nos dirigeants se montrent méchants dans cette affaire […] nous avons eu des rencontres avec plusieurs commissions pour apaiser la crise mais ils n’ont pas manifesté aucune volonté de la résoudre, » a poursuivi John Evens Douyon.

Réagir à cet article

comments