André Michel rejete fermement la proposition de bicéphalité

André Michel rejete fermement la proposition de bicéphalité
Spread the love

Les tensions politiques en Haïti persistent, plongeant le pays dans une impasse alors que les pourparlers entre les différentes factions restent au point mort. Les récentes rencontres plénières ont été marquées par un silence éloquent du Premier ministre Ariel Henry, suscitant des critiques acerbes de la part des membres de l’opposition. Les observateurs politiques décrivent le comportement lors des deux premières sessions comme inapproprié, jetant des doutes sur la possibilité de trouver un terrain d’entente.

Michel André, porte-parole de l’accord du 21 décembre, a rejeté fermement la proposition de bicéphalité avancée par les acteurs de la déclaration de Kingston et le Groupe des Éminentes Personnalités dans leur projet cadre. Au lieu de cela, Me. Michel préconise la formation d’un gouvernement d’entente nationale sous la direction du Premier ministre Ariel Henry, accompagné d’un Conseil de Transition composé de 5 membres.

La proposition de Me. Michel prévoit la participation de trois membres actuels du Haut Conseil de Transition, ainsi que deux autres personnalités à être sélectionnées par les représentants de l’opposition. Cependant, un point de discorde persiste, car les membres de la déclaration de Kingston insistent sur le départ immédiat d’Ariel Henry.

Les négociations se trouvent actuellement dans l’impasse, la question du leadership du Premier ministre étant au cœur des dissensions. Alors que Me. Michel et ses partisans plaident en faveur de la stabilité sous la direction d’Ariel Henry, les représentants de la déclaration de Kingston affirment que le départ du Premier ministre est une condition sine qua non pour toute avancée.

Cette situation délicate laisse planer une incertitude quant à la résolution des tensions politiques en Haïti. Les acteurs politiques se retrouvent dans une impasse, incapables de surmonter leurs divergences pour mettre en place un gouvernement de transition accepté par toutes les parties.

La communauté internationale observe avec inquiétude la situation en Haïti, appelant toutes les parties à faire preuve de compromis et à trouver des solutions pacifiques pour sortir le pays de cette crise politique prolongée. Pendant ce temps, la population haïtienne continue de subir les conséquences de l’instabilité politique, dans l’attente d’une résolution qui tarde à venir.

redaction1

Enable Notifications OK No thanks